15e conférence – 23 mars 2016

La conférence aura lieu le

mercredi 23 mars 2016 à 13h

Université du Québec à Montréal, salle W-5215

Conférencière: Christine Daigle

«La Transjectivité : l’être du posthumain»

Résumé:
M’inspirant de divers courants philosophiques tels la phénoménologie féministe, le poststructuralisme et le posthumanisme, je propose de rejeter l’humain en faveur du posthumain. Dans ma communication, j’exposerai mon concept de transjectivité. Celui-ci articule les notions d’intersubjectivité et d’interobjectivité et met l’emphase sur la façon dont notre être est fondamentalement interrelié à tous les autres êtres. Contrairement à certaines philosophies qui mettent de l’avant l’exceptionnalisme humain, la pensée posthumaniste cherche à conceptualiser tous les aspects de l’existence sans en privilégier aucun. Rosi Braidotti, penseur clé de ce mouvement, a bien posé le problème dans son livre récent, The Posthuman (2013). Elle propose de définir le sujet posthumain « within an eco-philosophy of multiple belongings, as a relational subject constituted in and by multiplicity, that is to say a subject that works across differences and is also internally differentiated, but still grounded and accountable. » (p. 49) Cet être relationnel est un être poreux et dynamique qu’il est impossible d’isoler de son entour. La porosité qui relie les
êtres fait en sorte qu’on ne peut distinguer entre ceux-ci. Penser la porosité et la fluidité, une fluidité mielleuse et collante — si l’on en croit Elizabeth Grosz et Nancy Tuana — permet de mieux comprendre comment un individu est affecté en sa conscience même, en son soi, par ses rencontres et expériences avec les êtres qui l’entourent, que ces expériences soient voulues et recherchées ou pas. Au lieu de parler d’individua, il serait plus approprié de parler de « dividu » comme l’avait proposé Nietzsche et, avant lui, Spinoza. Un assemblage d’expériences, de conscience, de matérialité, etc., le dividu est un être transjectif qui existe en tant que transformation dynamique constante de son être. C’est un existant pur qui fluctue à mesure de son devenir. Ma communication explorera ces questions d’un point de vue ontologique mais je mettrai aussi au jour certaines questions essentielles qui en découlent et qui relèvent de l’éthique et du politique.

À propos de la conférencière:
Christine Daigle est la Chancellor’s Chair for Research Excellence, Directrice du Posthumanism Research Institute, Directrice du programme de doctorat Interdisciplinary Humanities et Professeure de Philosophie à Brock University, Ontario.