Aller au contenu principal

34e conférence – 25 mai 2018

Pour sa 34e conférence, Fillosophie a le plaisir d’accueillir Joëlle Zask,
le vendredi 25 mai à 13h00 au département de philosophie de l’UQAM (W-5215)

Titre : « Quand la place devient publique »

Résumé : Aujourd’hui, c’est vers les places publiques que nous nous tournons pour « réinventer la société », car nous y voyons le meilleur lieu d’opération pour l’innovation politique et l’expérience démocratique. Mais à quelles places publiques pense-t-on précisément ? Admettons qu’elles jouent un rôle, mais est-ce forcément celui d’assurer les libertés et de « recréer du lien social » ? Et inversement, se rassembler sur la place, est-ce par là même faire acte de « démocratie » ? En réalité, conçues par des rois, des empereurs, des chefs fascistes qui nous les ont léguées, bien des places se révèlent des dispositifs de contrôle brutal et de surveillance minutieuse. Jules César, Louis XIV, Napoléon III, Ismaïl Pacha, Hitler ou Mao Zedong ont voulu des places à leur image. Mais qu’en est-il des démocrates convaincus ? Se sont-ils eux aussi demandé quelles places conviendraient à leurs idéaux et à la promotion des modes de vie démocratiques qui leur tiennent à cœur ? La réponse est non. En adoptant le point de vue de l’usager-architecte que chacun de nous pourrait être, cet essai a pour but de contribuer à répondre à ces questions : quelles places en démocratie ? Comment les concevoir afin qu’elles soient appropriées non aux masses, aux foules ou aux troupes, mais aux véritables publics ?

Bio : Professeure de philosophie à l’université de Provence, spécialiste de philosophie politique, Joëlle Zask a traduit et introduit en France les oeuvres de John Dewey qui connaissent en ce moment aux Etats-Unis un retour impressionnant après une longue éclipse. En particulier, elle a traduit et commenté Le Public et ses problèmes , ouvrage essentiel pour la compréhension actuelle des problèmes politiques dans un univers incertain. Comme Dewey, elle s’intéresse aux conditions culturelles de nos représentations politiques.

Comme d’habitude, la conférence est gratuite et ouverte à tout le monde.
Des collations seront servies.

Nous espérons vous y voir en grand nombre!

35e conférence – 28 septembre 2018

Pour sa 35e conférence, Fillosophie a le plaisir d’accueillir Kristin Andrews (York University), le vendredi 28 septembre, 13h, au département de philosophie de l’UQAM (W-5215).

Titre : « Animal Rights and the Cluster Concept of Person »

 

Résumé :

Other animals do not need to be dehumanized, because nonhuman animals are not human. The use of “animal” as a derogatory term reflects the special status given to humans. However, that value of humans isn’t due to mere biological status, but is associated instead with the moral status of personhood. Recent court cases in the US and Argentina, and new laws in Canada, France and India are promoting the idea that other animals should also be considered persons, thereby gaining the moral status and some legal rights granted to humans. The legal cases in the US, which focus on chimpanzees and elephants, have as their goal the transformation of animals from property to persons. As with human persons who are unable to care for themselves, nonhuman animals would have human caregivers with the duty of looking after their best interests.

I will present and respond to objections raised by the US courts which are also addressed in our new book Chimpanzee Rights: The Philosophers’ Brief (Routledge 2018). I will then develop a cluster concept version of the capacities account of personhood. This view assures that all existing persons remain persons, and it also includes many nonhuman animals as persons. I will conclude by briefly describing how some species fulfill the cluster concept of person in such as way as to warrant the ascription of the term, and the corresponding moral considerability, and will consider some practical consequences about the moral acceptability of zoos, circuses, cetacean shows, swimming with dolphin projects, and the use of animal actors in entertainment and advertising.

Bio : Kristin Andrews est à la tête de la York Research Chair in Animal Minds. Elle est professeure associée au département de philosophie de York University, et a été élue au College of the Royal Society of Canada en 2015. Sa recherche s’inscrit dans les enjeux liés à la psychologie du sens commun et de la compréhension sociale, l’évolution de la moralité, la méthodologie en recherche sur la cognition animale, et les droits des animaux. Ses publications incluent les livres Do Apes Read Minds? Toward a New Folk Psychology (MIT 2012) – The Animal Mind (Routledge 2015) – et, co-écrit avec une équipe de 15 philosophes, Chimpanzee Rights: The Philosophers Brief (Routledge 2018).

 

La conférence est gratuite et ouverte à tout le monde.
Des collations seront servies.

Nous espérons vous y voir en grand nombre !

36e conférence – 12 octobre 2018

Pour sa 36e conférence, Fillosophie en collaboration avec le Groupe de Recherche Interuniversitaire sur la Normativité (GRIN) a le plaisir d’accueillir la philosophe Dana Nelkin (University of California, San Diego) qui présentera une conférence intitulée « Equal Opportunity: A Unifying Framework for Moral, Aesthetic, and Epistemic Responsibility ».

Celle-ci aura lieu le vendredi 12 octobre de 13h à 15h, au local W-5215 du département de philosophie de l’UQAM (455 René Lévesque Est) et sera donnée en anglais.

Résumé : We naturally speak about moral obligations (e.g., “you ought to have kept your promise”) and we speak about epistemic ones and even sometimes what look like aesthetic ones, too (e.g., “you ought to have known that the polls were within the margin of error” and “you should have done better with that painting”).  Similarly, we blame and praise people for epistemic and aesthetic transgressions and achievements, as well as moral ones.  For these reasons, it is natural to conclude that our moral, aesthetic and epistemic practices should be treated in highly parallel ways, at least when it comes to the realm of holding responsible, praiseworthy, and blameworthy.  At the same time, there are clear asymmetries between the moral and epistemic case, and also between the moral and the aesthetic, which might seem to doom any hope for a genuinely parallel treatment.  For example, as many have pointed out, unlike actions or omissions, which are central objects of moral obligations, praise and blame, belief does not seem to be the kind of thing one has control over.  When it comes to the aesthetic case, many have doubted that we have obligations in the way that we do in the other cases.  Further, moral blame has seemed to many to be governed by a number of interpersonal norms that don’t seem to have parallels in either the pure epistemic or pure aesthetic case.  Despite these challenges, I argue that the prospects are promising for a unifying framework that applies in all three cases while at the same time leaving room for divergence on some important dimensions.  In particular, in this paper, I pursue the idea that one’s degree of blameworthiness or praiseworthiness depends on the quality of one’s opportunity in a given case.
Dana Nelkin is a professor of philosophy at the University of California, San Diego. Her main interests in philosophy are free will and moral responsibility, and she also explores their connections to psychology, ethical theory, epistemology, and the law. She has recently taken on the position of North American Representative of the Society for Applied Philosophy and is now an Affiliate Professor of Law at the University of San Diego. She is the author of several books and papers. Among them: The Ethics and Law of Omissions, co-edited with Samuel C. Rickless in Oxford University Press 2017, « Intuitive Probabilities and the Limits of Moral Imagination » (Arseny Ryazanov, Jonathan Knutzen, Samuel C. Rickless, Nicholas Christenfeld, Dana Kay Nelkin) Cognitive Science, “Moral Responsibility for Unwitting Omissions: A New Tracing Account” in The Ethics and Law of Omissions, Dana Kay Nelkin and Samuel C. Rickless (eds.) (Oxford University Press).

La conférence est gratuite et ouverte à tout le monde. Des collations seront servies.
Nous espérons vous y voir en grand nombre!
L’équipe de Fillosophie

37e conférence – 26 octobre 2018

Pour sa 37e conférence, Fillosophie a le très grand plaisir d’accueillir Sally Haslanger (Massachusetts Institute of Technology). Cette conférence aura lieu le vendredi 26 octobre à 14h au pavillon Coeur des sciences de l’UQAM. En raison d’un nombre limité de places, les portes ouvriront à 13h30.

Lieu/Location : la Chaufferie (CO-R700) du pavillon Cœur des sciences, 175, avenue du Président-Kennedy Montréal (Québec) H2X3P2

Attention : Cette salle se situe dans la cour intérieure du Complexe des sciences Pierre-Dansereau. This room is located in the inner courtyard of the Pierre-Dansereau Sciences Complexe.

Titre/Title : « Consciousness Raising and the Epistemology of (In)Justice »

Résumé/Abstract : In the context of ideal theory, the Rawlsian original position has been a standard method for attempting to determine what justice is.  The epistemology of justice in the context of non-ideal theory, especially the epistemology of consciousness raising, has been mostly neglected in contemporary philosophy.  This paper makes a start on an epistemology of justice by considering how an epistemology of justice differs from a moral epistemology for individual action and explores the role of counter-publics and social movements in ideology critique.

Bio : Sally Haslanger is Ford Professor of Philosophy in the Department of Linguistics and Philosophy at MIT, and an affiliate in the MIT Women’s and Gender Studies Program.  She is a specialist of analytic metaphysics and epistemology, ancient philosophy (especially Aristotle), social and political philosophy, feminist theory, and critical race theory. For over a decade she co-edited the Symposia on Gender, Race and Philosophy. She also convened the Workshop on Gender and Philosophy, and the Women in Philosophy Task Force, and served as Director of the Women’s and Gender Studies Program at MIT from 2009 to 2013. She received many awards, notably the Guggenheim Fellowship, this year. She is the author of many books and articles. This year, her paper « What is a Social Practice? » was published in the Royal Institute of Philosophy Supplements. In 2017, among others, « The Sex/Gender Distinction and the Social Construction of Reality »  In the Routledge Companion to Feminist Philosophy, « Racism, Ideology, and Social Movements » in Res Philosophica, « Objectivity, Epistemic Objectification, and Oppression », In the Routledge Handbook to Epistemic Injustice. 

Comme à l’habitude, l’événement est gratuit, ouvert et accessible à tout le monde. Une collation sera servie. La conférence se déroulera en anglais.

As usual, the event is free, open and accessible to all. There will be a complementary light buffet. The conference will take place in English. Welcome to everyone !

38e conférence – 23 novembre 2018

Pour sa 38e conférence, Fillosophie a le plaisir d’accueillir la philosophe Christine Tappolet (Université de Montréal) qui présentera une conférence intitulée « Affects, justification et connaissance éthique ».
Résumé : La colère et la frustration que la femme soumise ressent sont-elles susceptibles de la placer dans une position épistémique favorable? Selon Marilyn Friedman (1986), la réponse est oui : nos émotions et nos états affectifs constitueraient une sorte de « pierre de touche » qui permettrait d’évaluer nos principes moraux. Quel est le rôle épistémique des émotions et plus généralement des affects? Je commencerai par présenter des raisons de penser que les émotions ont un rôle épistémique crucial, car elles sont en mesure de conférer de la justification prima facie aux croyances évaluatives qui en découlent. Je tenterai ensuite de répondre à des objections récentes à cette thèse (Brady 2012). Pour finir, j’esquisserai comment l’approche que je préconise peut être étendue à la connaissance éthique.
Bio : Christine Tappolet est professeure titulaire au département de philosophie de l’Université de Montréal. Elle est responsable du Groupe de recherche interuniversitaire sur la normativité (GRIN) depuis 2009 et dirige le Centre de Recherche en Éthique (CRÉ) depuis sa création en 2014. Après des études graduées à King’s College London et à l’Université de Londres, et un séjour d’une année au M.I.T., Christine Tappolet a obtenu son Doctorat à l’Université de Genève sous la direction de Kevin Mulligan. Ses intérêts de recherche se situent principalement en éthique, et plus particulièrement en méta-éthique et en psychologie morale. Ses travaux sur les débats autour du réalisme moral et de l’épistémologie morale l’ont amenée à étudier la nature des émotions et leur relation avec les jugements de valeur. Elle est l’auteure de plusieurs articles et livres, dont Emotions, Value, and Agency, publié chez Oxford University Press en 2016.
La conférence aura lieu le 23 novembre de 13h à 15h au local W-5215 de l’UQAM. Cet événement est gratuit et ouvert à tout le monde. Des collations seront servies.

 

 

Nous espérons vous y voir en grand nombre!

33e conférence – 9 mai 2018

Dans le cadre de sa 33e conférence, Fillosophie, en collaboration avec la Chaire de recherche du Canada en philosophie des sciences de la vie, le Réseau montréalais de philosophie des sciences, et le Centre interuniversitaire de recherche sur la science et la technologie (CIRST), reçoit Helen Longino, PhD (Stanford University), le mercredi 9 mai à 18h00 au département de philosophie de l’UQAM (W-5215).

Titre : « What is Social about Social Epistemology? »

Résumé : Some approaches to social epistemology treat the social dimension of knowledge as a contingent feature of cognitive life. This talk will argue that such an approach misses a deeper social dimension of our cognitive lives. Critical contextual empiricism puts interaction at the center of human knowledge.

La conférence, gratuite et ouvert à tout le monde, se déroulera en anglais.
Des collations seront offertes.

32e conférence – 4 avril 2018

Rendez-vous le mercredi 4 avril 2018 à midi 30, au département de philosophie, W-5230 (« l’espace philo »).

Fillosophie et les séminaires Travaux en cours nous donnent l’occasion d’entendre Amandine Catala, professeure au département de philosophie de l’UQAM, pour une conférence intitulée « Injustice et agentivité épistémiques ».

L’entrée est libre. Prévoir d’apporter un lunch. Du café et des biscuits seront offerts.

30e CONFÉRENCE – 15 FÉVRIER 2018

Pour sa 30e conférence, Fillosophie a le plaisir de recevoir Alice Livadaru (UQÀM).
Cette conférence aura lieu le jeudi 15 février à 18h, à l’UQÀM, salle à venir.

Titre : « Le raisonnement juridique : nouvelles pistes de réflexion à partir des sciences cognitives »

Résumé : La conférence portera sur les différences de raisonnement en contexte juridique entre les juristes et les non-juristes. J’analyserai plus précisément l’impact de la formation juridique sur le raisonnement. Est-ce que la formation juridique donne lieu à des différences marquées entre le raisonnement en contexte juridique des juristes et celui des non-juristes ou ces différences ne sont-elles que superficielles? Plus spécifiquement, ces différences se rattachent-elles aux processus de raisonnement eux-mêmes ou au contenu qu’ils traitent? Pour répondre à ces questions, je m’appuierai sur le cadre théorique fourni par les sciences cognitives et la psychologie du raisonnement. J’aborderai, notamment, la pertinence des théories des processus duaux pour traiter du sujet du raisonnement juridique.

Alice Livadaru est bachelière en droit et complète actuellement une maîtrise en philosophie à l’Université du Québec à Montréal.

Bienvenue à tout le monde. L’événement est gratuit.

 

Lien Facebook : https://www.facebook.com/events/272326519967138/

26e conférence – 22 septembre 2017

Pour sa première conférence de l’année académique 2017-2018, Fillosophie a le plaisir de recevoir Molly Kao, professeure de philosophie à l’UdeM.

Titre – « Les contextes de découverte et justification : comment maintenir la distinction? »

La conférence aura lieu le vendredi 22 septembre à 14h00, au local DS-1950 (Pavillon J.A. DeSève, 320, rue Sainte-Catherine Est).

Résumé – Les philosophes des sciences distinguent souvent le « contexte de justification » d’une théorie scientifique de son « contexte de découverte ». On a introduit cette distinction afin de séparer, d’une part, les éléments qui contribuent à la justification d’une théorie, considérés comme étant épistémiques et, d’autre part, les processus menant à la découverte de cette théorie, que certains ont considéré comme uniquement psychologiques. Bien que la plupart des philosophes soient d’accord sur le fait qu’on ne peut pas traiter la distinction entre découverte et justification comme une division chronologique des étapes du développement d’une théorie, il n’existe toujours pas de consensus sur la meilleure manière de caractériser la distinction, ni sur son importance philosophique. Je défends l’idée que les deux contextes sont mélangés, mais de manière différente que l’ont fait valoir d’autres auteurs. Pour ce faire, j’introduis l’expérience physique de Robert Millikan sur l’effet photoélectrique. J’émets l’hypothèse qu’on peut maintenir la distinction entre les deux contextes, mais qu’il faut toujours spécifier le domaine quand on désigne une expérience comme faisant partie de l’un ou l’autre.

Comme d’habitude, l’événement est gratuit, ouvert à toutes et tous. Nous espérons vous voir en grand nombre pour cette 26e édition!


Les travaux de Molly Kao portent sur la philosophie des sciences, avec une spécialisation en histoire et philosophie de la physique. Elle s’intéresse aussi à l’épistémologie, à la théorie de la décision, à la logique et à la pensée rationnelle.
Source :http://philo.umontreal.ca/repertoire-departement/vue/kao-molly/

Retrouvez notre événement sur Facebook : https://www.facebook.com/events/249745718881469/